jean-joseph-bellel_paysage-orientaliste

Pour ceux qui ne lisent pas la littérature musulmane, je voudrai   soumettre les travaux d’historico critique de la Bible d’un érudit musulman dont il était considéré comme «Père de religion comparée». Il s’agit d’Ibn Hazm (994CE-1064CE), un érudit musulman d’une grande réputation à Cordoue à l'époque musulmane en Espagne. Il avait démontré ses prouesses dans la critique textuelle biblique en donnant de nombreux exemples de contradictions internes de la Bible.

Sarah était-elle vraiment la soeur d'Abraham?

Ibn Hazm s'interroge sur le statut de Sarah en tant que sœur d'Abraham, ainsi que son épouse, acceptant cela, du point de vue biblique, entraînerait divers désaccords avec d’autres passages de l’Ancien Testament concernant des questions morales et théologiques qui se contrediraient.

Ceci est en référence aux récits de la saisie de Sarah par Pharaon et Abimélec qui ont été relatés dans Genèse 12: 10-18 et Genèse 20, Genèse 17:17 et Genèse 20: 1-18.

Ibn Hazm soulève les objections suivantes,  

a) il est inconcevable qu'une femme de plus de 80 ans ait été assez belle et jolie pour avoir attiré ces deux Rois ?

(b) ils ont menti, c'est-à-dire que Sara était la soeur d'Abraham, ce qui n'est pas acceptable pour un prophète de Dieu qui ait menti;

Il convient également de mentionner en passant qu'Ibn Hazm avait discuté de la question avec un érudit juif de son époque, nommé Samuel Ben Joseph, ou Ibn al-Naghrilah. .

La question du motif soeur/épouse reste toujours une question déroutante et troublante pour les érudits bibliques qui considèrent qu'il s'agit de différents volets de traditions qui ont été tissées de manière confuse. Ibn al-Naghrilah avait dit à Ibn Hazm que le mot ukht (soeur), utilisé dans le passage, désignait simplement un parent et non pas nécessairement une soeur au sens de ce qu'il avait compris. Ibn Hazm a répondu à cela en citant Genèse 20:12 qui se lit comme suit:

"En plus, elle est bien la sœur d’Abraham, la fille de mon père, mais pas la fille de ma mère, et elle est devenue ma femme."

Inutile de mentionner que cette réponse laissa Ibn al-Naghrilah confus et silencieux. Cette histoire de Sara, sœur d’Abraham, n’est pas sans contradiction lorsqu’elle est conférée avec les autres passages de la Bible et qu’il s’agit donc d’une contradiction de la Bible.

Ainsi ce chapitre de la Bible est un des plus choquants et des plus redoutés par les commentateurs depuis 2500 ans,  ce récit où Abraham présente sa femme comme sa sœur, par un mensonge biblique.

Ces histoires posent bien des questions morales évidentes, mais aussi des questions théologiques.

Il y a aussi des questions de vraisemblance :

-Comment Abraham est-il entré deux fois dans cette même aventure à livrer sa propre femme à l’adultère ?

-Comment Sarah peut-elle être une femme au charme physique irrésistible à plus de 80 ans ?

-Comment Sarah paraissait y consentir par la qualité qu'elle prenait d’être la soeur d'Abraham ?

On a de la peine à justifier une telle conduite. Il y paraît du mensonge, avec une trop grande simplicité dans Abraham le prophète fortement apprécier pour son courage et sa foi, d'exposer la pudeur de son épouse, et dans Sarah d'y consentir, et les auteurs n’hésitent nullement à rapporter que l’Adultère de Sarah avait été bien consommé   !!!!!!!

Pas brillant, c'est vrai !!!!

La Bible n'est pas un livre de moral. Noé, ayant inventé le vin, se soûle. David a menti pour sauver sa vie. Une fois, devant ses ennemies, il a du faire le fou. Une autre foi, convoité par son désir et avoir commis l’adultère, la Bible reste un vulgaire texte politique, il n’y a plus de message divin...  

Interprétation hebraique !!!!

Ce qui est très certains, les juifs ont transformé le départ d’Abraham pour Canaan en récit d’un passé authentiquement juif et ils n’ont cessé, depuis, de réitérer ces «vérités bibliques».

Les histoires des patriarches contenues dans la Genèse semblent avoir été écrites par les religieux juifs pour revendiquer des droits sur le territoire  de Canaan. De plus, les migrations des peuples en Mésopotamie sont bien connues et aucune ne correspond au trajet du récit biblique depuis Ur jusqu’à Canaan.

Cependant en ce qui concerne Abraham, cela supposerai que des scribes sans scrupules pour expliquer cette controverse ont fabriqué cette histoire de fille de mon père pas de ma mère, parce que les Juifs accordent plus d'importance à la paternité d’Abraham, une sorte de Saga hébraïque comme par hasard descendante d’Abraham.

La Genèse et la Bible dans son ensemble ne font pas que raconter des événements de façon fortuite, mais disent ce que les scribes comprenaient ou croyaient à propos de ces événements, qu'ils n'ont «aucun lien concevable avec Abraham». Ils sont d'ailleurs écrits de nombreux siècles après l'époque supposée du personnage, en effet, Abraham a vécu plus 1,300 ans avant l’existence historique d’une communauté  connu sous le nom du «peuple juif». Abraham n'était pas d'origine Juive.

La Genèse est anonyme, tout comme les autres livres de la Torah (Pentateuque). Les traditions juives l’attribuent à Moïse, entre les  IIIe et IIe siècles av. J.-C., l'historicité de son contenu est mise en question puisque les fait se sont déroulés fort longtemps avant l’époque de Moise. Ainsi, les spécialistes considèrent les récits sur Abraham comme légendaires et juste  des textes politiques écrit par des hommes pour un dessein guerrier.

Selon la Bible, Abraham voulait-il sauver sa vie par ce petit mensonge, poussé par la peur, la convoitise mais il menaçait gravement par là même l’intégrité de son épouse Il ne semble pas qu’il en ait supporté des conséquences désastreuses!

Le mensonge d’un homme de Dieu n’est jamais une petite affaire, et dans la Bible, les écrivains bibliques ne condamnent pas expressément ces mensonges.

Les prophètes sont sous souffle divin, ils ne commandent ni le mal, ni la turpitude et ni le blâmable. En vérité, combien les Prophètes sont au-dessus de ce qui a été dit sur eux.  

Désolé, cela rend vraiment malade et c’est totalement effrayant on a un peu de mal à l’accepter. Je ne crois pas au mensonge du Prophète Abraham, ni à son non-respect des principes de Dieu, alors c'est pourquoi je ne crois pas que la Bible puisse être la parole de Dieu, je crois que c'est la parole de Rabbins et scribes trop mal inspirés.