054-Cours-IEBC-Apocalypse

 

Nietzsche dans son livre La Généalogie de la morale, avait mentionné :

«Quels sentiments éprouvaient par contre les Juifs à l’égard de Rome ? Mille indices nous permettent de le deviner, mais il suffit de se remettre en mémoire l’Apocalypse de  Jean, le plus sauvage des attentats écrits que la vengeance ait sur la conscience»

Donc c’est fortement bien le ressentiment Juif contre les Romains qui a inspiré ce livre odieux, dans lequel il raconte des visions de la fin du monde, donné dans un langage quelque peu énigmatique et difficile à comprendre, citant à propos des anges et des coupes, des rouleaux de papier et des dragons, et comment la colère de Dieu s’abat sur la Terre, entraînant plaies, empoisonnements, famine, guerres, tremblements de terre et autres actes, livre écrit par d’écrivains sans scrupules, sans intelligence et faible d'esprit !

La révélation surnaturelle, voilée, essentiellement une écriture juive trop mal inspiré par le Saint-Esprit, n'est rien de plus qu'une violente fureur anti-romaine destinée à figer les juifs par des images sinistres de leurs ennemis tourmentés, une révélation faite par quelques auteurs inconnus sans intelligence et plein d’esprit vengeant. C’est le livre le plus abstrus de toute la Bible, bien que le livre ait été canonisé, après de nombreuses discussions, sur l'identification erronée du disciple en tant qu’auteur, puisqu’il s’appelait après tout «Jean»

L'auteur de l'Apocalypse est inconnu. Mais l’écrit s'attribue le nom de «Jean», qui est un prénom très fréquent dans les écrits chretiens

Loin d’être une révélation, plus obscur et déroutant avec ses visions de cavaliers, de trompettes, de coupes, de dragons et de bêtes. le livre s’ouvre sur une série de sept lettres en colère, réprimandant sept églises errantes en Asie Mineure occidentale. Après avoir réprimandé les églises, Apocalypse déchaîne alors un cauchemar apocalyptique sans fin, mal écrit, répétitif et contradictoire. il décrit en détail des horreurs étranges, le destin supposé qui va survenir de manière imminente aux ennemis du Seigneur. Ce qui confère au livre, sa popularité une vision de fiction d’horreur à la fin des temps.

Et je vis le ciel s'ouvrir, et voici un cheval blanc; et celui qui était assis sur lui était appelé fidèle et vrai, et il juge et fait la guerre en justice. Ses yeux étaient comme une flamme de feu, et sur sa tête étaient nombreuses couronnes; et il avait un nom écrit, que personne ne savait, mais lui-même. Et il était vêtu d'un vêtement trempé dans le sang; et son nom s'appelle La Parole de Dieu. Et les armées qui étaient au ciel le suivirent sur des chevaux blancs, vêtus de fin lin, blanc et propre. Et de sa bouche sort une épée tranchante, avec laquelle il frappera les nations; il les gouvernera avec une verge de fer; et il foulera la cuve du vin et de la colère du Dieu tout-puissant. Et il a sur son vêtement et sur sa cuisse un nom écrit: Roi des rois et Seigneur des seigneurs. Et j'ai vu un ange debout au soleil; et il cria d'une voix forte disant à tous les oiseaux qui volent au milieu du ciel: Venez et rassemblez-vous pour le souper du grand Dieu; Afin que vous mangiez la chair des rois et la chair des capitaines, la chair des hommes forts, la chair des chevaux, et de ceux qui sont assis sur eux, ainsi que la chair de tous les hommes, libres et en esclavage, petits et grands et génial. Apocalypse 19.11-18:

Cette vision est l'effusion de Juifs gravement désabusés. Cet esprit juif fébrile invoque le châtiment de ses anciens ennemis de ce Dieu méchant des Écritures hébraïques, qui déchire l’humanité. Ainsi le Dieu hébraïque publie ses coupes de la colère divine (sang, peste, plaies, feu, sécheresse, etc.); libère quatre cavaliers (à la tête d'une armée de 200 millions!) pour tuer le tiers des hommes' (9.15).

Il a sa tourmente de «sauterelles démoniaques» des incroyants pendant cinq mois; etc., etc. Rois, capitaines, faux prophètes et"la chair de tous les hommes, libres et liés, petits et grands" est dévorée par les oiseaux qui volent et jetés vivante dans un lac de "feu et de soufre".

Dans Apocalypse, nous voyons des étapes intermédiaires par exemple, l'une des émanations pieuses est une figure du Christ, qui apparaît sous de nombreuses formes différentes et particulières. Le Christ de l’Apocalypse est en réalité né au ciel et dans des circonstances assez extraordinaires, sa mère est «vêtue de soleil, avec la lune à ses pieds, portant douze étoiles en guise de couronne» -

"Et elle enfanta un homme qui devait gouverner toutes les nations avec une verge de fer ; et son enfant fut enlevé jusqu'à Dieu et à son trône." - Apocalypse 12.5.

Cependant, le rôle principal du Christ dans l’Apocalypse est celui d'un chef de guerre juif qui "juge et fait la guerre" .

Ce dieu de guerre céleste a peu de choses en commun avec un Jésus doux et doux, et Jésus de l'apocalypse témoigne de sa terreur:

"Et il était vêtu d'un vêtement teint de sang; et son nom est appelé la Parole de Dieu. Et les armées qui étaient au ciel le suivirent sur des chevaux blancs, vêtus de fin lin, blancs et purs. Et de sa bouche passa une épée tranchante avec laquelle il frapperait les nations; et il les gouvernera avec une verge de fer ; et il foulera le pressoir à vin de la férocité et de la colère du Dieu tout puissant. "   - Apocalypse 19.13,15.

En plus de cela, la phase finale de l’Apocalypse est assez fantastique avec une résurrection du Christ qui dirige un royaume terrestre pendant mille ans, tandis que Satan, confiné mais non vaincu, est enfermé dans une fosse.

Au cours de cette période, 144 000 hommes juifs (12 000 de chacune des douze tribus d'Israël) sont les seuls à partager le royaume. Dans ce ciel, il n'y a pas une seule femme. Les élus masculins sont '… Pas souillé par les femmes; ce sont des vierges ! (14.4) .

Tout le reste du monde est mort:

"Mais le reste des morts n'a pas vécu jusqu'à ce que les mille ans soient écoulés. C'est la première résurrection ... ils seront sacrificateurs de Dieu et de Christ et régneront avec lui mille ans ." (Apocalypse 20.5,6)

L’immense masse de l'humanité périt. Il n’y a pas de religion de Salut du sauveur ici, mais seulement de la haine non diluée et du désir de vengeance.

À un moment donné, la guerre éclate même au Ciel et ce n'est pas Christ qui est le héros conquérant, mais l'archange juif  Michael !

"Et il y eut guerre dans le ciel: Michel et ses anges combattirent contre le dragon ; et le dragon se battit et ses anges, et ils ne l'emportèrent pas. Leur place ne fut plus trouvée dans le ciel." - Apocalypse 12.7,8.

À la fin du règne de mille, Satan est délié l’apocalypse final fait des ravages sur l'humanité (sans doute ressuscité pour être tué).  

"Et il sortira pour tromper les nations qui sont dans les quatre coins de la terre, Gog et Magog, afin de les réunir pour se battre; leur nombre est comme le sable de la mer."   - Apocalypse 20.8.

Cette fois-ci, Satan et ses hordes sont détruits en quelques phrases:

"... et le feu descendit de Dieu du ciel et les dévora. Et le diable qui les séduisit fut jeté dans l'étang de feu et de soufre, où sont la bête et le faux prophète, et seront tourmentés jour et nuit pour toujours et à jamais . Apocalypse 20.9,10.

La révélation et d’autres textes enflammés du même genre ont sans aucun doute renforcé la volonté de la résistance juive du premier siècle. Les rebelles juifs ont échoué, tout comme l’Apocalypse dans sa prédiction de la chute imminente de Rome et du règne millénaire qui allait suivre.

Les premiers chrétiens ont précisément rejeté le livre, attribuant la doctrine d'un «royaume terrestre» à un hérétique égyptien juif de la fin du premier siècle appelé Cerinthus, un enseignant et qui a fondé une secte éphémère de chrétiens juifs à tendance gnostique.

L'Apocalypse, dernier livre de la Bible, jouit d'une réputation détestable, L'Apocalypse est un livre d’horreur, un livre bien étrange qui semble plein de secrets redoutables, les divergences d’interprétations et des affirmations infondées ont trop souvent dissuadé les croyants chrétiens d’en aborder la lecture. il est un livre de la fiction de la terreur. Hélas le christianisme restera une secte à la croyance du «Qui peut comprendre, qu'il comprenne»

Heureusement par la rationalité de son dogme et le naturel de son culte, l’islam offre une aisance clairvoyante et rafraîchissante dans  la réconciliation avec raison, connaissance avec foi et doctrine avec philosophie et surtout laisse pour toujours son bref ressort de libéralité et d’innovation.

Car pour l’Islam l'objectif final n'est ni de punir ni de contraindre, mais bien de permettre à chacun de se guérir de la mésestime de soi, et d'entrer alors dans cet aspect de diversité et de bonne proximité, auquel nous sommes tous conviés tous Hommes et Femmes d’une société.