ob_67a5f7_saint-10

Pour un esprit musulman averti, le mot christianisme est un nom générique qui n'a guère de sens, cela peut sembler issu d’une secte juive, dont il est important de connaitre les dogmes essentielles en cette croyance qui peut paraître séduisante dans une société en perte de repères.. On sait que le cœur de la foi chrétienne, ce ne sont ni les prodiges, ni les miracles ni les  guérisons, mais ceci : le Christ est mort pour leurs péchés, selon les Ecritures, il est ressuscité le 3ème jour, selon les Ecritures.

Le christianisme comme croyance très mal comprise reste une folie pour les humains qui se croient sensé, mais n’est en fait qu’un donjon, un pénitencier qui produit des êtres anxieux, inculpés de péché, surtout  il n'y a pas un christianisme mais des christianismes. Je dresse ci-dessous une liste  non exhaustive sur une totale sembler-t-il de plus de 1500 sectes recensés dans la christianisme, même les Homosexuels ont leur église, il existe même une mouvance de chrétiens anarchistes et des églises sataniques :

Catholiques, Orthodoxes, Protestants anglicans, Protestants libéraux,  Protestants luthériens, Protestants calvinistes, Évangélistes,  Orthodoxes, Nestoriens, Coptes, Syriaques Arméniens, Témoins de Jéhovah, Evangélistes, Baptistes, Mormons, Rosicruciens  etc … 

Sûrement Jésus christ le Fils de Dieu aura sans aucun doute un grand embarras à départager son salut à toutes ces sectes censées avoir chacune sa vérité.

Tous les différents mouvements chrétiens se réclament du Christ et chacun a une interprétation différente du Christ et de son message trop souvent revu et corrigé. En réalité, chacun a son propre Christ et refuse   à une institution hiérarchisée comme l’église, d'imposer sa vérité au sujet du Christ. On sait que le Nouveau testament a été arrangé à partir de nombreux textes de base, soigneusement sélectionnés, remaniés, arrangés, manipulés par des religieux avides de pouvoir, et il est difficile de savoir ce que fut le christianisme primitif, parmi les sectes juives. Le christianisme avec l’ensemble de sa composante n’est qu’une secte avec un grand folklore spirituel, avec 25.000 à 30.000 sectes qui ont tous leurs propres vérités et leurs Bibles.

C’est vraiment génial ce Christianisme !

On nous a toujours dit que l’Évangile, c’est l’incarnation du Verbe de Dieu. Le Verbe s’est fait chair. Il ne s’est pas fait symbole, ni pur esprit mais une chair brisée par la flagellation et les offenses. Un symbole n’a jamais sauvé qui que ce soit.

Que pour les chrétiens Jésus incarne ce Dieu-Fils, le Verbe, mais là où  le bat blesse c'est quand les chrétiens affirment avoir le monopole, l'exclusivité de cette révélation du Verbe à l'humanité. Si le Verbe est pré existant, éternel et universel, il n'appartient à aucune religion et n'est pas limité à la soit disante révélation de Jésus, surtout qu’on sait que Jésus n’a jamais parlé à Dieu, ni recevoir un intermedaire de Dieu, tout ce qu’il a dit c’est :

L'Esprit du Seigneur est sur moi. !

Aucun témoin ne peut prouver cette version, juste un faux semblant.

C'est par ce côté exclusif de la révélation, que l'église s'est enfermée dans des dogmes comme la résurrection de la chair, et a raté l'accès à une dimension véritable d’une religiosité révélée.

Jésus Christ ne se considérait pas comme le fondateur d'une nouvelle religion. il n'était pas chrétien mais un juif. Il n'avait aucune intention de commencer même une secte, encore moins une nouvelle religion, au contraire, il était un rabbin qui voulait renouveler la foi d'Israël et ne pas le changer.

Ne supposez pas que je sois venu abolir la loi et les prophètes; Je ne suis pas venu pour abolir mais pour compléter » (Matthieu 5:17).»

Le Jésus-Christ du christianisme n'est pas le Jésus de l'histoire. Les années de son adolescence et de son jeune âge sont enveloppées en silence, et son ministère actif de plus de deux ou trois ans n'est traité que brièvement dans les Evangiles qui ne sont pas des récits objectifs mais une propagande. Il est un produit de l'esprit mythifiant. Le christianisme n'a pas commencé avec Jésus, mais avec ses disciples très longtemps  après sa mort. 

Le christianisme n’est pas une croyance humaniste

L’être humain n’est pas au centre, c’est le Fils de Dieu, sauveur qui demande à ses adeptes, soumission et crainte en échange de son Salut.

 Dans le Christianisme, il faut croire aux fariboles légendaires de l’Eglise !

Il semblerai que parmi une cinquantaine d’Évangiles dont le Christianisme fut inondé dans son commencement, le Concile à Nicée (Une assemblée de Prêtres et d’Evêques) avait choisit quatre seulement, et rejeta tous les autres, comme apocryphes, Ainsi au bout de trois siècles (c’est-à-dire, l’an 3 et ils étaient véritablement inspirés par le St Esprit.

 On plaça, dit on, pêle-mêle les livres apocryphes et les livres authentiques sous un autel, les Pères du Concile se mirent en prières pour obtenir du Seigneur qu’il permît que les livres faux ou douteux restassent sous l’autel, tandis que ceux qui seraient vraiment inspirés par le Saint Esprit viendraient se placer d’eux-mêmes sur cet autel, c’est ce qui arriva ! C’est donc de ce miracle que dépend la foi chrétienne ! 

C’est par un miracle que fit découvert cette importante vérité comme il est facile pour nous de croire à ce genre de Miracle ?

Le christianisme est une croyance sans conviction :

Pour le chrétien nier la Trinité est une décision lourde de conséquences, car tout le corps dogmatique s’en retrouve affecté et il se sent menacé.

Ce  n’est pas sans raison que l’Eglise a confessé au sujet de cette doctrine “Telle est la foi universelle : si quelqu’un n’y croit pas fidèlement et fermement, il ne pourra être sauvé.” (Symbole d’Athanase).

 Le culte chrétien ne proclame pas l’égalité !

Le christianisme est une idéologie despotique qui écrase toutes les idées qu'elle voit comme concurrentes, cela peut se voir à travers l'organisation des églises et ses liturgies qui furent empruntes à des cultures précédentes, à travers le moine, le prêtre, l’abbé.

Qui sont  à l’image de cet endroit sinistre où il s’est réfugié,  vêtu de noir, austère, froid, mystérieux. Sans oublier  évidemment  cette attitude égoïste, qui se trouve dans l’expression fameuse dans l’adage « Hors de l’Église pas de salut »

Avec de telles certitudes déclaratoires, et personne ne devine le contraire, parce que c'est écrit dans la Bible ! On est davantage plus près du mensonge que de la vérité.  Il y a une confusion désagréable chez certains chrétiens qui ne savent pas faire la différence entre la vérité et les mensonges contenus dans les doctrines spirituelles de l’Eglise.

 Le culte Chrétien source de haine et préjuges contre l’Islam !

La haine de l'Islam est si omniprésente et si profondément enracinée dans la culture chrétienne, qu'elle rassemble des gens qui sont habituellement attirés par des agressivités. Ainsi le vieux mythe de l'Islam en tant que foi chroniquement violente persiste et apparaît dans les moments les plus inappropriés, comme l'une des idées reçues, il semble presque impossible à éradiquer. Et à mon avis, aujourd’hui encore il y a des religieux hautement glorifiés dans le christianisme qui ont besoin d'être écartés et enfermés.

 Le culte chrétien ne laisse pas de place à la rationalité

La messe a été introduite par un évêque romain en 386. Lors du Concile de Trente un mot avait été imaginé pour expliquer la messe : transsubstantiation.

Ce mot veut dire que le prêtre aurait le pouvoir de transformer le pain et le vin en corps et sang de Jésus. De plus, il aurait le pouvoir d’amener le Christ du ciel et de représenter la crucifixion pendant la messe !

Les Evangiles disent: celui qui ne mange ni boit pas mon sang, n'entrera pas dans le royaume des cieux...

Il y a donc une condition fondamentale, c'est la Cène...En quoi consiste t-elle: A consommer si possible durant chaque messe la chair et le sang de Jésus Christ en souvenir de son sacrifice expiatoire...En quoi consiste cette nourriture: En une bouchée de pain trempée dans du vin coupé d'eau à cause des enfants...

 Le culte chrétien n’a pas les valeurs morales de l’Islam !

L’altruisme, la tolérance, l’autocritique, l’humilité ne sont pas des valeurs morales chez les chrétiens. Certains religieux chrétiens prétendent que le christianisme doit être la vraie religion parce que les gens s'y convertissent en grand nombre.

Si tel est le seul critère alors le Christianisme n'est certainement pas la vraie religion parce qu'il y a un grand nombre de personnes qui dénoncent le Christianisme et nombreux s'y convertissent et se retournent vers l’Islam ou restent sans religion.

Une religion avec des objectifs modérément réalisables ne donne pas au pécheur l'angoisse d'une conscience coupable ni la frustration d'essayer sans succès d'atteindre une norme morale absolue.

Il n'y a rien dans l'Islam qui amène un homme à dire qu'une religion a le monopole de la Vérité, alors que les autres sont fausses ou n'ont qu'une Vérité partielle. En bref, l'Islam fait que l'homme se sent bien, alors que la religion du cœur brisé est le christianisme.

 Le culte chrétien n’est pas pacifique !

Ce n'est pas que le christianisme est une religion pacifique, c'est juste que les chrétiens ont décidé de ne plus suivre leur religion avec autant de véhémence.

L'Évangile apocryphe de Thomas met les mots suivants dans la bouche de Jésus: «Je détruirai cette maison et personne ne pourra la (re) construire».

La représentation de Jésus lors de sa seconde venue est toute sauf flatteuse ou paisible.  

L'histoire primitive du christianisme n'est pas non plus à l'abri de la violence. C'est une histoire d'hérésie, d'émeutes, de torture, de tourment, d'extorsion, de compétition/rivalité, d'excommunication, de bannissement et d'assassinat.

Il n’est donc pas difficile de comprendre la déclaration de Jacques 4.1.8 dans le Nouveau Testament:

« D'où viennent les guerres et les querelles parmi vous? Ne viennent-ils pas, même de tes convoitises qui font la guerre à tes membres? Vous convoitez, et n'avez pas; vous tuez, et vous désirez avoir, et vous ne pouvez pas obtenir; vous combattez et vous combattez; mais vous ne l'avez pas, parce que vous ne demandez pas. ... vous, adultères et adultères, savez-vous que l'amitié du monde est inimitié contre Dieu? .., nettoyez vos mains, pécheurs; et purifiez vos coeurs, vous avez la double pensée » 

 Le culte chrétien n’apporte aucun message d’Amour !

Le Prétendu message "d'amour" de cette doctrine, est trompeur, sa substance même est amputée, maléfique et caduque.

A-t-on assez entendu parler des prétendues valeurs chrétiennes, comme si le simple fait d’être chrétien prédisposait ordinairement à une sorte de valeurs humaines ; Sainteté, bonté, générosité, l’honnêteté, qui ne peut se manifester sans le recours  à  suivre le chemin de Jésus Christ, le sauveur. Les chrétiens, allant dans ce sens, pensent avoir des raisons. C'est cette certitude qui reste à dénoncer, car chez les chrétiens la véracité de la doctrine est traitée et vécue comme une certitude absolue, que le christianisme est la seule vérité, et que les autres religions sont diaboliquement inspirées et pourtant cette croyance n’a pas le monopole de l'objectivité et de la sagesse. Les chrétiens ramassent pour impressionner divers arguments détournés sans laisser assez de temps pour en peser la vraie valeur de l'autre, ils laissent entendre que : "Les autres (Musulmans) n'ont pas d'argument" Un bel argument !!!

 Le Culte chrétien n’est qu’un autre visage du Judaïsme !

On sait trop bien que Jésus était bel et bien Juif. Ses parents, Marie et Joseph étaient des Juifs. Lorsque Jésus était petit, sa famille allait au Temple de Jérusalem, le lieu le plus important pour les Juifs. Plus tard, il commence à prier Dieu à la synagogue, le lieu de rassemblement des Juifs de son village. Ceux qui le suivent, les disciples et les apôtres, étaient aussi des Juifs.

En fait, Jésus ne voulait pas nécessairement fonder une nouvelle religion. Son message était bien ancré dans la foi de son peuple. Souvent lorsqu’il parle, Jésus reprend les idées de Moïse ou des prophètes qui sont au cœur de la foi juive.

Quelques années plus tard, un conflit grandit : certains juifs croient que Jésus est le Messie et d’autres non. C’est à ce moment qu’il y a séparation. Ceux qui croient en Jésus Christ deviennent des chrétiens. Ils développent leurs propres rituels et écrivent leurs propres textes sacrés.

Le christianisme devient un dogme en marge du Judaïsme mais reste toujours lié. La preuve de ce lien est la Bible. C’est le livre sacré des chrétiens dont la première partie est l’Ancien Testament qui correspond aux textes sacrés juifs.

 La secte chrétienne se développe. Des textes grecs, écrits par les membres de la secte hors de Palestine, Les évangiles relatent de la vie du fondateur de la secte: né d'une vierge, qui serait restée vierge malgré plusieurs autres enfants, il aurait guéri des malades, mais aussi maudit un figuier qui se serait desséché instantanément. Il aurait aussi fait précipiter des centaines de cochons qui ne lui appartenaient pas dans un lac. Ce personnage, qui défend les pauvres, mais affirme aussi "ceux qui ont tout seront comblés, et à ceux qui n'ont rien, il sera enlevé le peu qu'ils ont", un peu pathétique lorsqu'il maudit un figuier ou se laisse crucifier, ce qui est déclaré une incarnation du "Dieu unique".

 Conclusion

Les écrits chrétiens ont peut-être de quoi convaincre les convaincus. Il n’y a aucune preuve mais seulement une écriture littéraire que son sens a été forcé de manière à y voir une allusion à un événement supposé de la vie du Christ à tout prix !!!!!

On appelle ceci lecture évangélique !!!!!

Pour un chrétien, Le christianisme est vrai, et tout ce qu'on pourra contester pour modifier ou modérer son jugement, comme les abus du clergé, de l'Inquisition, des croisades et certains textes vindicatifs ou incultes du Nouveau Testament, ne l'affectera en rien, en effet cela ne va jamais sans parti pris taché de haine, a priori le chrétien est favorable et confiant à l'égard de sa propre croyance, plutôt opposé, défiant ou méfiant envers celui de l'autre.