3(7)

 

«La première demeure qui a été édifiée pour les gens, c'est bien celle de Bacca (la Mecque) bénie et une bonne direction pour l'univers. »  (Qur’an 3:96)

 Le terme bacca signifie "larmes" ou "pleures" s’inspirant des ressources en eau de la vallée.

 La vallée de la Mecque a été le lieu de campements pour ses ressources en eau potable depuis des millénaires, avant de devenir un site de campement par des nomades et semi-nomades. L'établissement de tribus semi-nomades dans la vallée a dû être très progressif, en sorte que la Mecque soit devenue un site choisi de façon sédentaire pour devenir ville commerçante notable qui sera enfin citée par des voyageurs dans les archives de l'histoire.

 A la vallée de la Mecque la moindre averse laissait des lacs d'eau potable très prisés par les nomades du désert aride d'Arabie.. Les historiens Arabes mentionnent des disputes sur l'occupation de la vallée entre différentes tribus et des éliminations. Les Jurhumites sont dits avoir chassé les Khuza'ah du lieu de campement en ce site dans la lutte pour les ressources en eau.

 Historiquement Ptolémée mentionne Macoraba, que les historiens considèrent comme l'un des premiers témoignages historiques de l'habitation en permanence de la Mecque.

 Une vallée sacrée du nom de Bacca est mentionnée par le Psaume 84 dans la Bible. la plus ancienne mention de la Mecque, qui ferait remonter la mémoire de pèlerinages en ce lieu jusqu'au 9e Siècle avant l'ère chrétienne, de sorte que les fils de Koré mentionnent dans ce psaume l’existence dans la vallée de Bacca d’ un autel  d'Elohim.

On peut relever que le psaume mentionne en réalité de nombreux autels, dont un dans cette mystérieuse vallée de Bacca, décrite comme possédant des sources et se drapant de lacs à la moindre averse. Le Psaume suggère l'étonnement des fils de Coré de trouver un autel du Seigneur si loin dans le désert.

 En tout cas, la dénomination d'une vallée au coeur du désert, avec un autel de Dieu, et pris comme lieu de pèlerinage, du nom de Bacca, comportant des sources et se drapant de lacs lors de précipitations correspond à la perfection à la description de la Mecque, et aucune autre vallée connue de ce nom n'y correspond avec une telle fidélité.

 Le Qur’an décrit l'implantation des Quraychites à la Mecque du temps de Qusay et leur sédentarisation : « A cause de l'usage des Qoraïche, de leur habitude [concernant] les voyages d'hiver [au Yémen] et d'été [en Syrie]. Qu'ils adorent donc le Seigneur de cette Demeure ; qui les a nourris contre la faim et rassurés de la crainte. » (Coran, 106:1-4)

 Les Qoraïches sont selon la tradition une tribu arabisée descendant d'Ismaël qui voyageait de façon saisonnière de la Syrie au Yémen. Ils se sont sédentarisés, selon le Coran, dans la vallée de la Mecque, probablement lorsque le site commençait à être habité de façon plus soutenue, la Mecque constituant un passage clé des caravanes commerçantes, une aubaine pour ces commerçants qu'ils étaient. La tradition rapporte leurs négociations avec les Khuza'ah pour la gestion des sources. Tout au long de son histoire, la Mecque a eu de gros problèmes avec l’eau. Il y avait d’abord la question récurrente des inondations à laquelle même le calife Omar essaya d’apporter une solution.

Le Qur’an nomme également la Mecque: "Bacca" : (Qur’an, 3:96). Ce qui renforce la thèse soutenant que la vallée de la Mecque est la vallée de Bacca du Psaume 84 des fils de Coré.

Le Qur’an cite le sanctuaire de la Mecque le premier dédié aux hommes, et ce serait le prophète Nouh (Noé) en personne qui aurait établit le premier le site de Bacca, l’actuelle Mecque comme sacré. Le Prophète Ibrahim aurait pour cette raison été chargé de le purifier avant l'érection du Béthel :

"Et quand Nous indiquâmes pour Ibraham le lieu de la Maison (La Ka˒ba) [en lui disant]: «Ne M’associe rien; et purifie Ma Maison pour ceux qui tournent autour, pour ceux qui s’y tiennent debout et pour ceux qui s’y inclinent et se prosternent. Et fais aux gens une annonce pour le Hadj. Ils viendront vers toi, à pied, et aussi sur toute monture, venant de tout chemin éloigné »  (Qur’an. 22 : 26.27).

Selon les cultes sémitiques, des endroits établis comme sacrés par des prophètes, étaient sacralisés par une pierre sacrée. Nous trouvons un cas similaire avec le prophète Jacob qui selon la Bible avait établit un Béthel. (Genèse ; 28: 18-22):

«Et Jacob se leva de bon matin; il prit la pierre dont il avait fait son chevet, il la dressa pour monument, et il versa de l'huile sur son sommet. Il donna à ce lieu le nom de Béthel; mais la ville s'appelait auparavant Luz. Jacob fit un voeu, en disant: Si Dieu est avec moi et me garde pendant ce voyage que je fais, s'il me donne du pain à manger et des habits pour me vêtir, et si je retourne en paix à la maison de mon père, alors l'Éternel sera mon Dieu; cette pierre, que j'ai dressée pour monument, sera la maison de Dieu; et je te donnerai la dîme de tout ce que tu me donner».

Notons que Jacob aurait appelé le lieu où il sacralise la pierre Béthel, cela signifie Maison de Dieu. Comparable à Beyt Allah nom du site de la Ka’ba en arabe et qui signifie également Maison de Dieu Ibraham y aurait construit la Ka’ba selon la tradition, en purifiant le lieu.

En tout cas, la dénomination d'une vallée au coeur du désert, avec un autel de Dieu, et pris comme lieu de pèlerinage, du nom de Bacca, comportant des sources et se drapant de lacs lors de précipitations correspond à la perfection à la description de la Mecque et aucune autre vallée connue de ce nom n'y correspond avec une telle fidélité à la Vallée de la Mecque.