téléchargement (2)

En tant qu’Algérien, ayant reçu sa part d'indignation, d'amertume et de douleur, comme les algériens, sans être dans une cour de Versailles, je commence par un simple reproche, ce sera également par pure ignorance, sans s'en douter le moins du monde, qu’un 5° mandat, le sujet a déjà fait couler beaucoup d’encre, mais il est vrai que tout n'est pas clair ni transparent, encore un mandat qui restera au yeux du peuple algérien, une véritable insulte et un acte biscornu.

Saurons nous que ce mandat portera un coup mortel au principe préliminaire de tout droit public et privé, ainsi qu'au principe fondateur de toute civilisation qui prône une démocratie.

Saurons nous que selon la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen, il a été déclaré que "Toute société dans laquelle la garantie des droits n'est pas assurée, ni la séparation des pouvoirs déterminée, n'a point de Constitution ".

Ainsi une société ne franchit le seuil de l’ignorance et de l’obscurantisme qu'à l'instant où elle s'est résignée à n'appliquer que les lois existantes, et non une législation révélée in extremis par la voix des augures rentiers d’un état despotique, qui vit une crise multi-dimensionnelle dans une conjoncture régionale susceptible d’apporter de profonds changements à tous les niveaux, politiques, économiques et sociaux.

Saurons nous que ces bouleversements qui surviennent dans la douleur et l’amertume sont la conséquence des règnes totalitaires.

L’arrivée au pouvoir du Président, avec des plans pour définir la voie d’un redressement salutaire de la situation afin d’y apporter les solutions, mais comme dans un film de science fiction nous avons été réjouis de mots mais ceux qui tenaient les discours officiels et les rênes de la décision ne tenaient à rien d’autre qu’au pouvoir et s’employaient à en arracher la réalité des mains du peuple qui devait se contenter de vivre… de promesses!

Ainsi notre ruine allait se déclencher impitoyablement pour nous maintenir dans notre torpeur pendant 2 décennies, et toutes les solutions que l’on a imaginées pour nous, afin de faire entrer le peuple dans le bien être et dans un état de droit à l’horizon 2020 ne furent que des pièges absurdes avec des solutions infantiles, surtout que nos dirigeants n’étaient en fait animés que d’une inclinaison sans limite pour s’emparer des richesses du pays..

Après 20 ans de gouvernance, nous en sommes au même point toujours incapables de nous situer, ni de concevoir une politique digne de ce nom, surtout que le régime joue le rôle de force négative, ce qui le disqualifie de toute prétention d’une mise en place d’un“Etat de Droit” avec un système qui a été sans mesure d’instaurer des nouvelles structures susceptibles de favoriser et de garantir l’émancipation du citoyen avec la pleine possession de ses libertés, mais ce système a tenu à développer le pays sans le savoir et la connaissance mais seulement avec l'argent que lui procure la rente pétrolière pour acheter la Paix Sociale.

Après 20 ans de programme, celui-ci avait permis la mise en place d’un système qui a troqué la fierté et le patriotisme du peuple contre la paresse et l’informel pour faire de lui un éternel assisté, géré par une administration à esprit colonial, qui écrit en Langue Arabe ce qu’elle parle en Langue Française.

Un système qui ne trouve même pas les solutions appropriées et qui a fait une débâcle entière sur l’action économique, médiatique, culturelle, universitaire et intellectuelle, supposée éclairer et guider le peuple vers le bien être tout en gardant le respect de l’héritage et de l’identité élémentaire du peuple Algérien à savoir; Islam, arabité et amazighité.

Face à cette crise, tout simple citoyen peut à son aise et sans équivoque constater qu’on ne peut continuer à se lancer dans des discours de langue de bois et faire des analyses d’espoir quand la situation atteint son degré d’entropie inadmissible, alors tous les parasites auront été foutus dehors, sans congé et sans solde pour tous comptes.

Comme l’exemple de l’arrivée d’un Ancien revenant je suis loin d’être un fan du locataire du premier ministère (détenteur d’une palme en matière de nomination à ce poste), dès sa nomination et sur un très long discours en : Et patati, et patata, il nous fait étaler la grande découverte politicienne pour sortir de la crise que connait depuis toujours le peuple Algérien. El Amdoulillah !

Enfin nous voilâmes avec un Premier Ministre qui sera un grand gestionnaire chargé de la Planche à Billet pour la relance.

N’est elle pas géniale cette idée ?

Pourtant on peut noter que cette décision aura été contraire aux convictions du Président, un refus catégorique aurait été prononcé par le Président s’il avait été dans son meilleur état, mais voila encore un infime extrait significatif de la connerie politique Algérienne imprégnée par l’illégitimité de son élite, étatique et institutionnelle à tous les niveaux. (Du clientélisme à la médiocrité).

Ainsi avec cette nouvelle option politique applaudit chaudement par les élus ayant appris la prose et la danse, se bousculent au portillon pour flatter et applaudir plein de satisfecit, l’Algérie est passée à l’heure du GMT+5, c'est-à-dire qu’il fera très sombre à 16 h.

Le système politique est d’ailleurs très performant en matière de corruption de masse avec les ténors de la médiocrité qui soutiennent de toutes leurs forces, le système qui les arrange à merveilles.

Saurons nous, qu'il faudra renvoyer les plus hauts représentants de l'Etat de droit sur les bancs de l'école et plus exactement sur le banc des accusés, car il est logique de se demander s'il est digne d'une démocratie de donner à un homme malade, le pouvoir de diriger le pays après plus d’une vingtaine d’année d’échec. Et l'on ajoute que c'est pour "maintenir la continuité dans le pays" alors que notre économie est à la merci du prix du Pétrole, car l'évolution actuelle vers la médiocrité s'accentue d'année en année et nous pensons que discuter d'une éventualité de changement radical, comme celle proposée, n'est pas du tout de la fiction mais plutôt de la clairvoyance.

Le peuple Algérien qui a souffert dans sa chair depuis très longtemps et qui a payé le prix fort pour accéder à son indépendance et qui a lutté héroïquement contre le terrorisme aveugle, aspire légitimement à un vrai changement pacifique. C'est son droit et c'est votre engagement solennel.

Une fois de plus le parti du FLN insulte le peuple algérien, affiche sa haine obsessionnelle pour la démocratie et ridiculise outrageusement les principes républicains parmi lesquels l’article 102 de la Constitution Algérienne selon une révision constitutionnelle en 2016 qui affirme que : «Lorsque le Président de la République, pour cause de maladie grave et durable, se trouve dans l'impossibilité totale d'exercer ses fonctions, il est procédé à une déclaration de vacance par démission de plein droit, ».

Jusqu’à quand le premier Magistrat du Pays bafoue la Constitution ???

Jusqu’à quand le système algérien va mentir au peuple ???

Pour le monde qui nous regarde l’Algérie est condamnée au chaos compte tenu d’une gouvernance à sens unique et sans aucune alternance, ce qui ne peut que nous montrer une fois de plus que les frictions, conflits, confrontations, provocations, attaques frontales et polémiques malintentionnées ont très souvent quitté tout débat profitable qui ait pu surgir entre détenteur de pouvoir, malheureusement les coups vibrants de la lutte idéologique des dirigeants, restent eux-mêmes les instruments de la puissance dominante.

Exténué de la lâcheté et des compromissions des hommes politiques plus préoccupés par leur parcours, épuisé encore des promesses non tenues, le peuple algérien ne saurait accepter plus longtemps cette dérive d’un gouvernement qui de par sa politique ségrégationniste assimile des millions d’électeurs algériens à des citoyens de seconde zone.

Il n’est pas facile pour un peuple, de tourner les pages de son histoire, sans en avoir épuré au préalable la liste de ses désappointements.. Socialement on dit trop souvent que l’Algérien dans son quotidien traîne trop de casseroles, trop de vieilleries inutiles qui entravent sa globalité. Il ne pourra reprendre son chemin dans la civilisation, ses problèmes lui collent à l’âme et ne peuvent se résoudre ni par l’oubli, ni par la désertion.

Ceci me rappelle quelque chose !!!!!

Dites-moi si je me trompe, une des idées d’une dictature, c'était de propager ses idées et sa vision du monde à des populations qu'on juge sous évoluées, sous éduquées?

Mais alors, la bien-pensante et l’usage de la pensée unique du système, tirerait-elle son origine des mêmes motivations qui ont poussé à la colonisation ?

Pour nos pseudo idéologues s’accrochant à leur Poste, chaque élection présidentielle le même scénario se répète alimentant un peu plus la spirale infernale par la mise en place d’un budget consacré à l’achat de la «paix sociale» et celui dévolu à la constitution d’une clientèle électorale, et ce qui est détourné par la caste au pouvoir. Tout cela pour repousser l’échéance de leur impopularité !

Lors des précédents mandats présidentiels, le peuple algérien a voté comme on voterait pour n'importe qui sans vraiment connaître la portée du programme proposé !

Le peuple algérien a voté par ce qu'il craint pour son avenir !

Le peuple algérien a voté par désillusion !

Le peuple algérien a voté parcequ'il ne se sent plus à sa place !

Le peuple algérien a voté pour sentir le sentiment d'en avoir besoin !

Le peuple algérien a voté parce qu'il est libre de voter pour qui l'on veut. Du moins il le pense !

Ya Allah ! Qui va avoir le courage de balancer un coup de pied dans cette fourmilière de hauts responsables de l’Etat, tous des Algériens français de papier?

En conclusion, Je suis de ceux qui pensent que le Président a toujours été un Président des Algériens dans leur globalité, certes l'Algérie n'est pas un pays développé mais nous faisons de notre mieux pour nous en sortir car la vie ne nous a pas fait de cadeau, après plusieurs colonisateurs qui ont tous spolié nos richesses et asservi notre population durant l'occupation, après toute une décennie de terrorisme et Allah seul sait combien nous avons lutté au prix de vies humaines contre l'islamisme, alors que nous reste t'il, d’autres dirigeants sans scrupules à tous les niveaux ?

L’algérien d’aujourd’hui a un problème avec sa personne. sans tonus et sans dynamisme. Il n’est plus capable d’autocritique et n’envisage qu’avec scepticisme la possibilité de reprendre en main sa destinée. Trop souvent l’Algérien face à ces problèmes, éprouve de la difficulté à faire son introspection..

Désorienté depuis des décennies, il n’a plus la recette de l’efficacité. Il ne sait pas mener une action selon un plan défini. Il s’arrête à mi-chemin, hésitant à poursuivre la tâche ou à tenter autre chose. Frappé d’apathie, il est un homme cloué dans un temps irréel entretenant le désir stérile, il reste en total éloignement de la Politique,

Notre président a beaucoup fait pour le pays, son charisme, son savoir diplomatique et son habileté politique ont permis à l’Algérie d’accueillir la réconciliation nationale de manière plutôt favorable malgré la gravité de l’enjeu.

Devant le monde qui nous regarde et sans compter les détournements féroces, les moqueries de la presse française, le petit peuple dont je fais partie, quand il regarde l’état du Président, tout rabougri, le visage livide, les traits fatigués, les yeux hagards, comme en état d’hébétude, en paraissant extrêmement affaibli. Ces images font peine à voir, ces images nous chagrinent Oui, C’est pénible. Pénible !

Que la fratrie du président, lui épargne ces images négatives et surtout lui permettre de se reposer après une si longue carrière diplomatique et politique.

Il a le grand mérite pour cela. !!!!!!

Mais de grâce, au moins épargnez ce sinistre spectacle. Épargnez la comédie d’une régence capable de remplir son rôle, quand tout concours à donner de la fonction l’image la plus dégradante et la plus vile.. Un moment pénible et insoutenable, comme souligné par un chroniqueur algérien