Jourdes4Papes1

Le Pape François vicaire du Christ  autoproclamé, a prêché le message de l’échec de Jésus sur la croix.

Pour sa part le Pape Benoît  avait déclaré : « Il est fondamental pour notre foi et pour notre témoignage chrétien de proclamer la résurrection de Jésus de Nazareth comme un événement réel, historique, attesté par de nombreux témoins qui font autorité ».

On doit savoir qu’un évènement historique existe, ou n’existe pas, indépendamment de la Foi de chacun et toute  affirmation d’un fait historique doit reposer sur des témoignages. Pour la résurrection le fait est en lui-même invraisemblable puisque il relève d’un miracle et la réalité historique de la résurrection du Christ est tout sauf avérée, elle est même très hypothétique puisqu’il n’y a aucun témoin de cet évènement dans les Ecritures (ni ailleurs), seulement des femmes et des apôtres découvrant le tombeau vide, ce qui ne prouve rien. Sauf le  genre du témoignage de l'homme qui a vu l'homme qui a vu l'homme qui a vu l'ours!  Ou encore des contes religieux plus apologiques qu’historiques.

Le pape  est  dans son rôle  pour PROCLAMER  un fait historique et  rassurer  les chrétiens  qui ne peuvent pas douter en revanche de la résurrection, sinon ils ne sont plus chrétiens…

C’est le fondement de leur foi. Donc pour eux, il s’agit d’un événement qui s’est réellement passé. Encore faut-il que l'on se donne de sérieuses raisons de le penser.

L’Église Catholique grâce à ses scribles s’en sert pour formuler des histoires détaillées de la vie de Jésus pour redresser le manque grandissant de moralité qui perdurait depuis l’Empire romain où tout était permit.

Certains historiens ont mentionnés que les scribes étaient payés selon le nombre de mots qu’ils écrivaient, ils étaient employés par le Vatican pour traduire les dites Évangiles en latin et Italien. Il paraît que les scribes ne faisaient pas que traduire mais arrangeaient des histoires pour être mieux payés. Cette réalité fut découverte lorsqu’il y eut une vérification des anciens écrits avec le nouveau Testament. qui  est truffé d'affirmations gratuites et de contre-vérités.

Les érudits bibliques ont relevé qu’un livre d’à peine 2,000 pages (soit environ 250 par apôtre relatant les mêmes histoires) qui se termina en un Nouveau Testament de plus de 1,500 pages (Grec).

D’autres ont par ailleurs expliqué que l'interprétation académique du Nouveau Testament  conduit parfois à douter de l'historicité du Christ ou du fait que l'Ecriture soit un texte révélé.

durant les croisades Le nouveau testament servit aux  massacres   de nombreuses communautés Ils furent brûlés sur le bûcher , par plusieurs papes  avec la distribution des indulgences qui avait conduit à une régression identitaire par l’Eglise Catholique qui voulait s’enrichir et dominer le monde.

Vouloir changer l'histoire pour la faire correspondre aux  théologie et de pensées chrétiennes  aléatoires a priori, n'est pas le signe d'une bonne doctrine..