saint_10

Les reliques sont les restes d’une personne honorée comme un saint. Il peut s’agir du corps ou partie du corps du saint, parfois d’un simple morceau d’étoffe ou même d’un objet l’ayant touché. Les fidèles les conservent avec vénération et leur attribuent des vertus de miracles et de guérison. En effet, la dévotion populaire fait des saints des intermédiaires très proches et très puissants entre le christ, Dieu et les hommes.

Dans l’Église catholique, la vénération des reliques des saints remonte à la coutume d’enterrer les corps des martyrs qui ont imité le sacrifice du Christ et de prier sur leurs tombes. Les tombes des saints ont de tout temps fait l’objet de vénération, suscitant même la construction de basiliques, d’oratoires, de centres de pèlerinage. Le culte des saints fait partie de la foi catholique,

Pour sa part, l’Église insiste sur le fait que le culte des reliques et des saints est un culte de dulie et non d’adoration, réservé à Dieu seul

Le culte de dulie revêt deux formes :

La vénération : témoignage du respect dû à un saint ;

L’invocation : demande d’intercession en vue d’obtenir un avantag

C'est du paganisme pur et simple.

Le reliquaire d’un saint offre aux fidèles l’occasion d’exprimer leur foi et leur amour avec tout leur corps, dans un climat de liberté et de fête : marcher en procession, prier seul ou avec d’autres, chanter, allumer un lampion, méditer en silence, écrire des intentions de prières, offrir des fleurs, repartir avec une pensée biblique ou du saint, s’il a laissé des écrits. Ce n’est pas de l’adoration, mais de la vénération.

Les reliques ne sont pas seulement les ossements d’un saint, mais aussi ses vêtements et les objets lui ayant appartenu. Au Ve siècle, les autorités de l’Église mirent en garde contre certains abus. Il fallait s’assurer de l’authenticité des reliques et ne pas en faire le commerce. Mais au-delà des dérives possibles, comme la superstition ou la magie, l’Église a toujours considéré comme légitime la vénération des reliques qui connut un regain d’intérêt au Moyen Âge.

 

pope-l10

La bible nous raconte l’histoire d’un Dieu Agneau !!!!!!

Apocalypse

17.14

Ils combattront contre l'agneau, et l'agneau l es vaincra, parce qu'il est le Seigneur des seigneurs et le Roi des rois, et les appelés, les élus et les fidèles qui sont avec lui les vaincront aussi.

 5.12

Ils disaient d'une voix forte: L'agneau qui a été immolé est digne de recevoir la puissance, la richesse, la sagesse, la force, l'honneur, la gloire, et la louange.

6.16

Et ils disaient aux montagnes et aux rochers: Tombez sur nous, et cachez-nous devant la face de celui qui est assis sur le trône, et devant la colère de l'agneau;

7.9

Après cela, je regardai, et voici, il y avait une grande foule, que personne ne pouvait compter, de toute nation, de toute tribu, de tout peuple, et de toute langue. Ils se tenaient devant le trône et devant l'agneau, revêtus de robes blanches, et des palmes dans leurs mains.

7.14

Je lui dis: Mon seigneur, tu le sais. Et il me dit: Ce sont ceux qui viennent de la grande tribulation; ils ont lavé leurs robes, et ils les ont blanchies dans le sang de l'agneau.

7.17

Car l'agneau qui est au milieu du trône les paîtra et les conduira aux sources des eaux de la vie, et Dieu essuiera toute larme de leurs yeux.

21.14

La muraille de la ville avait douze fondements, et sur eux les douze noms des douze apôtres de l'agneau.

A travers ces versets.. On voit un dieu agneau

A l’église c’est le culte du petit agneau le mignon qui fait office, cependant un cas particulier, celui d'un personnage particulièrement honoré : Marie, la mère de Jésus. On s'adresse à elle comme à quelqu'un d'influent, parfois comme à un être honoré absolument et non seulement par référence à Jésus. Pour essayer de faire droit à un sentiment de la piété chrétienne qui place Marie au-dessus des saints, mais de manière à éviter l'excès évoqué, on convint de réserver à celle-ci le culte d'hyperdulie : Marie est la servante par excellence, située au-dessus des autres serviteurs, mais on ne saurait pourtant l'adorer ou la substituer à Dieu.

La distinction entre cultes de latrie, de dulie, et d'hyperdulie a été introduite par le concile de Trente au xvie siècle1.

Je voulais tout simplement savoir si le sacrifice de ces agneaux en valait la peine ?